Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
MTP MUSIC UNDERGROUND

DANS L'ANTRE DE LA TRIBE D'HILIGHT TRIBE

Bien qu’éloigné de toute sphère médiatique, le groupe précurseur dans l’art percussif de la Natural Trance continue de faire bouger son public aux rythmes des Djembés, Didjeridoos, Congas et Sitars tout en parcourant le monde depuis vingt ans. Aujourd’hui, il se taille même une place au sein des plus grands festivals Techno/Electro du moment. Le groupe, qui sortira son nouvel album en 2016, était en concert à Victoire 2 le 5 décembre. Rencontre avec Gregory Ruzé, l’un des membres fondateurs.

Comment se passe votre tournée ?

La tournée qui a débuté au mois de mars se passe très bien et là nous arrivons sur les dernières dates. Notre dernière date d’ailleurs, est prévue au Brésil pour le jour de l’an, où nous jouerons à Salvador de Bahia pour un gros festival qui aura lieu sur la plage !

Peux-tu me parler du concept « Hilight Tribe » ? Etes-vous les précurseurs de la Natural Trance ?

Nous sommes effectivement précurseurs en la matière puisque nous avons commencé notre périple en rencontrant le milieu de la trance dans des free parties dans les montagnes d’Ibiza. L’idée de faire de la Natural Trance est venue de notre producteur, aujourd’hui décédé. C’est lui qui nous a emmenés la première fois à Ibiza dans des festivals de Trance Goa. On s’est vraiment imprégnés de cette musique. Mais pour recréer la même ambiance à notre manière il nous fallait pour çà une palette d’instruments différents. Le concept commence aujourd’hui à se développer et il y a de plus en plus de groupes qui jouent comme nous à 145 BPM. L’idée de départ était de faire danser les gens comme sur un dance floor de musiques électroniques mais avec des instruments traditionnels issus de nombreuses cultures.

Depuis la création du groupe, avez-vous évolué comme vous le souhaitiez ?

Je suis effectivement très content de la direction que nous avons tous prise. Nous avons tous évolué sans réellement changer en fait. Hilight Tribe est comme une famille, il y a beaucoup d’osmose entre nous. Je dirais que nous avons su éviter certains écueils dans lesquels d’autres groupes ont pu tomber. Hilight Tribe, je dirais, a été bercé par beaucoup de cultures, qu’elles soient Rock’n’roll, Hippies, électroniques, de jazz et en fait nous avons essayé de prendre le meilleur de chacune d’elle !

Peut-on dire qu’Hilight Tribe est un groupe trans-générationnel ?

On a cette grande chance c’est vrai ! Il y a le public qui nous suit depuis nos débuts et qui est d’ailleurs toujours au rendez-vous, mais en même temps nous avons un public très jeune de 18/20 ans qui « vibe » vraiment sur notre musique. Nous arrivons vraiment à réunir tous les âges.

Le prochain album est en cours de finalisation, tu peux m’en dire plus ?

On y travaille. Nous mettons les bouchées doubles, mais le problème c’est d’arriver à concilier la tournée qui est très intense, avec l’enregistrement. Nous sommes très perfectionnistes quand arrive la finalisation, et si l’on veut que notre musique soit jouée sur tous les dance floor du monde, tout doit être réarrangé. Toutefois le fait de n’être liés à aucune major nous permet de travailler avec un peu moins de pression.

Vous êtes aux antipodes de toutes règles promotionnelles qui accompagnent habituellement la sortie d’un album je crois…

Effectivement c’est exact ! D’ailleurs ce soir tu vas entendre 80% de notre nouvel album qui n’est pourtant pas encore sorti ! On a une démarche qui est totalement anti-commerciale et que nous assumons. Depuis six mois maintenant, nous jouons ces nouvelles chansons. On fonctionne totalement à l’envers. Nous sommes là pour rendre les gens heureux. Nous avons de la chance que notre public soutienne et respecte cette démarche très underground…

Vous êtes aujourd’hui invités sur les scènes des plus grands festivals Techno/Electro du moment, comment avez-vous appréhendé cela, surtout qu’à la base je crois que vous ne souhaitiez pas trop retravailler votre son ?

(Rires)….En premier je dirais qu’il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis…et ensuite je dirais que nous avons tout fait pour garder notre propre identité ! Aujourd’hui notre musique est 100% instrumentale. Elle est un peu comme le Canada Dry au final : ça ressemble à la Techno, ça a le goût de la techno, mais ce n’est pas de la Techno !

Quelles sont les valeurs que vous véhiculez à travers votre musique ?

Ce sont des valeurs simples comme le respect des autres, la compassion, être heureux de ce que tu as. Ce sont des valeurs que nous cultivons beaucoup. Nos nombreux voyages nous ont beaucoup appris à ce sujet. Il est important de savoir que le monde ne se résume pas à l’Occident, avec mon petit jeans, mes chaussures, mon téléphone etc….J’ai rencontré beaucoup de personnes lors de mes voyages qui n’avaient pas grand-chose mais qui pourtant avaient un smile éclatant.

Quel ultime message souhaiteriez-vous véhiculer ?

Celui d’être heureux !

Propos recueillis par Audrey APW

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article