Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
MTP MUSIC UNDERGROUND

25 ANS DE CARRIÈRE SANS FRONTIÈRES AVEC TRANSGLOBAL UNDERGROUND

 

 

Trait d’union, entre l’orient et l’occident, Transglobal Underground, arpente les routes depuis 1991 et comptabilise, une dizaine d’albums. A la base, ils sont trois : Alex Kasier, Tax D et Hamid Man Tu, rejoints dès 1993 par l’envoûtante, Natacha Atlas. La formation s’étoffe très rapidement pour satisfaire, des live éclectiques et transgenres flirtant avec des sonorités arabisantes.Les adeptes de ce collectif britannique emmené par la délicieuse Natacha Atlas, devront toutefois et pour l'instant, se contenter du best of, « Destination Overground » avant de découvrir un nouvel album « Tinariwen« , qui devrait sortir d’ici peu…Les britanniques au style impalpable si ce n’est, la fusion de genres qui les caractérise puisent leur force novatrice dans les contrées d’une musique multiethnique sans frontières sont actuellement en tournée avec la même énergie qui les caractérise depuis maintenant 25 ans ! Entretien avec Natacha Atlas.

 

Vingt-cinq ans de carrière. Quelle longévité ! Comment l’expliquez-vous ?

Je pense que notre musique, aux origines multiethniques y est pour beaucoup. Transglobal Underground est un collectif dont les membres sont originaires des quatre coins du globe. A ce sujet, e pense qu’il est très important, surtout avec la montée du racisme dans le monde, de prôner des valeurs multiculturelles. D’ailleurs, on voit émerger de plus en plus de groupes ou de chanteurs, qui mêlent leurs origines à la culture européenne, ce qui est très enrichissant. Regardez par exemple, Stromae, on retrouve dans sa musique, pourtant pop, un peu de ses origines rwandaises, idem avec Ibrahim Maalouf !

Il a toujours été très difficile de catégoriser le style Transglobal…

Au début, les journalistes disaient, que nous faisions de la world music. Mais, en fait, Transglobal, va bien au-delà de la world music. Le répertoire de Transglobal est tellement riche en influences, qu'on ne peut pas le réduire simplement, à la world music.

Comment appréhendez-vous cette nouvelle tournée ?

Je crois que tout le monde est prêt pour la tournée. Nous allons jouer des titres anciens mais également d’autres, plus récents. Nous avons déjà commencé, avec quelques concerts, en warm-up. C’est très intéressant, aussi pour nous, d’observer que nous avons indépendamment du public qui nous suit depuis nos débuts, un nouveau public, appartenant à la nouvelle génération….

Les artistes, la musique, doivent-ils jouer le rôle de porte-voix de nos jours ?

Selon moi, la mission première d’un artiste et de sa musique est de procurer, à tout un chacun, un sentiment de joie et de bien-être. Sur scène, je ne suis pas là pour exprimer ma colère et mon ressenti par rapport aux injustices. Nous vivons une ère très difficile, avec beaucoup d’inégalités, et je crois qu’il est vraiment important, pour l’artiste que je suis, de véhiculer un peu de joie et de chaleur, d’espoir au public, qui vient écouter. Je souhaite que les gens vivent unifiés. Mes opinions politiques, lorsque je fais de la musique, j’essaie de les garder pour moi….

Pas de rôle militant, donc ?

Me concernant, j’ai mes propres opinions, sur ce qu’il se passe aujourd’hui. Mais je ne veux pas me servir de la scène, pour influencer les gens dans un sens ou dans l’autre, je considère que ce n'est pas l’endroit, même si je pense que le système actuel ne tourne pas rond et  qu'il génère de nombreuses inégalités qui excluent, les pauvres, notamment lorsque l’on aborde le sujet de l’accès à la culture et aux arts. Comme vous le voyez,  j’assume totalement, mes opinions de gauche...

Vos projets à vous Natacha ?

Je travaille actuellement, sur mon prochain album, qui sortira en 2019.  Ce sera un album de jazz oriental, un peu comme celui que j’avais fait avec Ibrahim Maalouf.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article