Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
MTP MUSIC UNDERGROUND

« LE SAVOIR FAIRE » DE L’ENTOURLOOP

 

Dans les hautes sphères des sounds systems, il y a du savoir-faire!Et, justement ici, on vous parle du savoir-faire de L’Entourloop, un sound system qui fusionne, Hip-Hop, Dub et Reggae et de leur  deuxième album, « Le savoir Faire », sorti le 22 septembre! Ce collectif, impulsé par deux anciens : Sir James et King Johnny accompagnés de leurs acolytes: le MC Troy Berkley et N'Zeng à la trompette, triture et bricole les samples et accouche d’une formule live, super aguicheuse ! Big Up aux lascars de L’Entourloop  que nous avons rencontrés, lors de leur passage à la salle Victoire 2, à Montpellier !

 

En quelques mots, quel est l’univers de l’Entourloop ?

Thomas : L’Entourloop est un projet, qui à la base, a été impulsé par julien et moi-même. Aujourd’hui, c’est un collectif artistique, avec principalement, des beatmakers, un Mc, un trompettiste, un dj  qui travaille  la vidéo et deux anciens : Sir James et King Johnny. Notre univers se nourrit des influences de chaque membre, et au final, tout ça se mélange bien. On écoute tous beaucoup de reggae, de hip hop, de dub ! L’univers de l’Entouloop est vraiment très varié, mais sur scène et sur l’album, c’est un projet plutôt hip-hop.

En termes de public, l’Entourloop ratisse large visiblement…

Thomas : Le public de l’Entourloop est, pour partie, un public qui aime la fusion entre les styles, il est donc très éclectique et rassemble autant d’adeptes du reggae que du dub, ou du hip-hop. Il est à l’image de ce que nous faisons, c’est à dire une fusion et un brassage de styles, jungle, hip hop, dub et reggae….

Ce nouvel album, riche en collaborations et en featurings, l’avez-vous travaillé différemment par rapport au premier ?

Antoine : Déjà, nous avons pris plus de  temps par rapport au précédent. En revanche, concernant notre façon de travailler, pas beaucoup de choses ont réellement changé, si ce n’est que sur cet album, en particulier, il y a plus de collaborations et il est plus axé sur une veine  londonienne, dans le sens où  la plupart des collaborations sont  avec des anglais, Londres étant  la capitale de la fusion entre le reggae et le hip-hop.

Comment choisissez-vous vos featurings ?

Antoine : Au départ, ce sont toutes des personnes avec qui nous souhaitions travailler. Certaines nous sollicitent aussi directement….mais très souvent, ce sont de véritables coups de cœur.

N’Zeng, tu es pour ainsi dire, un membre permanent, pareil pour Troy Berkley.

Oui et à ce sujet, d’ailleurs, j’aime bien dire que je suis un "invité permanent". J’avais déjà collaboré au premier album sur quelques titres et sur ce deuxième album, j’ai bossé sur des arrangements, notamment sur le morceau avec Soom T, Fonk Monk, que je trouvais un peu plus soul. J' ai donc proposé de le creuser dans cette direction,  tout en gardant un beat très hip-hop. Pareil pour le premier morceau, « Le savoir-faire », sur lequel les cuivres sont très présents…

Comment s'organise L'Entourloop, pour coordonner tout ça ?

Thomas : Ben justement, ce n’est pas évident. C’est pour ça qu’on fait pas mal de résidences pour caler tout ça justement, d’autant plus que tout le monde donne son avis...

A quoi , le titre de l'album, "Le Savoir Faire", fait-il référence ?

Julien : En fait, il fait référence à pas mal de choses, mais principalement, au travail fait à la main, à l’artisanat en général… il fait référence, également, à notre univers scénique qui est aussi pas mal relié à l’image.

Comme tu disais thomas, la plupart des collaborations sont anglaises, y-a-t-il une volonté de vouloir s’exporter aussi Outre- Manche ?

Thomas : nous n’avons pas choisi nos collaborations dans cet objectif, elles sont au départ, de vrais coups de cœur, d’ailleurs, indépendamment de l’Angleterre, nous avons déjà tourné à l’étranger, notamment en Inde, Grèce et en Indonésie.

Par rapport à 2015 et à la sortie de votre premier album, il y a eu une accélération du projet…

Damien : Ce qui est certain, c’est que l’on observe qu’il y a plus de gens dans les salles. Après, le fait de travailler avec un label, de s’entourer de nouveaux partenaires et de structurer le projet, font que les retours sont différents…Après, c’est vrai qu’on ressent qu’il y a un meilleur engouement autour de ce nouvel album, qui était, quand même, très attendu…

Les projets pour 2018 ?

Damien : En janvier nous irons jouer pour des dates uniques, en Tchéquie, Ongrie et Italie et comme on est aussi beaucoup suivis sur le continent sud-américain, certaines choses devraient se passer….Et puis, il y a aussi  des remix qui devraient aussi sortir, mais pour l’instant l’Entourloop continue sa tournée !

 

https://www.youtube.com/watch?v=nACdwEaWS_c

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article