Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
MTP MUSIC UNDERGROUND

MATT HOLUBOWSKI. INTERVIEW D'UN PROMENEUR SOLITAIRE

 
 
Matt Holubowski est Québécois. Bercé très jeune par les sonorités folk de Dylan et Neil Young, c’est tout naturellement que Matt Holubowski, embrasse une carrière de songwriter. De passage au printemps de Bourges et à la veille d’une tournée européenne qu’il partage avec Ben Folds, nous lui avons posé quelques questions, notamment concernant son album, Solitudes, qui sortira sur le label français Yotanka records le 18 mai prochain. 

Tu es né à la fin des années 80, faire de la musique folk, était une évidence ?

J’écoute de la folk, depuis toujours, grâce à mon père, qui écoutait des gros classiques comme Dylan, Simon & Garfunkel alors forcément, quand tu baignes dans cet univers depuis tout petit, ça finit toujours par influencer tes choix artistiques.

Même si le temps ne semble pas avoir d’impact sur la musique folk parfois n’as-tu pas l’impression d’être en marge de ton époque, par rapport aux tendances actuelles ?

Oui et non, car la musique folk aujourd’hui, a trouvé son public. Mais c’est vrai que j’y ai beaucoup réfléchi, notamment pour mon prochain disque, je vais certainement moderniser un peu tout ça, sans pour autant changer d’Adn musical, je vais fusionner différents univers entre eux, jumeler les cultures et éviter la redondance...par rapport à mes précédents albums...

En France, c’est un genre musical qui reste encore abordé par très peu d’artistes, comment expliques-tu cette rareté ?

Je ne peux pas m’exprimer au nom des français sur le sujet, je n’ai pas trop d’explications, mais pour moi, du moment que l’on fait la musique que l’on aime, c’est l’essentiel, chaque musique trouve toujours son public. Ce n’est pas notre objectif que de forcer les gens à écouter de la folk, les gens qui apprécient la musique folk y viennent tout naturellement, sans se poser de questions…

 

Cet album est sorti en 2016. Aujourd’hui, tu as décidé de le ressortir sur un label français... Peux-nous expliquer cette démarche ?

Le public Québécois nous suit depuis un petit moment déjà. A sa sortie en 2016, nous avons beaucoup tourné, pour le défendre au Canada. Aujourd’hui, je souhaite faire connaitre ma musique à la France, et de manière plus générale, aux autres pays européens. Nous devrions revenir en France en automne pour ça d’ailleurs…

C’est un album très intimiste, comment abordes-tu l’écriture en général ?

La plupart du temps, mes chansons s’inspirent des voyages que je fais. Du coup l’écriture, chez moi est plutôt sporadique. Au départ, je saisis une idée qui finit toujours en chanson ou en poème donc au final, pour répondre à ta question, le processus d’écriture est très lent, avant d’arriver à une chanson concrète.

Tu es plutôt un puriste des sonorités folk?

D’un album à un autre, j’essais toujours de ne pas tomber dans la redondance. Pour le premier j’étais seul, les sonorités étaient par conséquent très épurées. Pour le second en revanche, l’équipe était plus étoffée. Pour le prochain il y aura une évolution, c’est certain, mais notre objectif, ce n'est pas d'être  à la mode, donc nous ferons quelque chose de différent, mais qui nous ressemble avant tout...

Tes textes sont très introspectifs. Sur le titre "L’imposteur", par exemple, qu’as-tu voulu faire ressortir ?

De manière générale, j’ai voulu évoquer« le syndrome de l’imposteur », ce sentiment que l’on vit tous et qui nous emmène à nous interroger sur notre propre légitimité. Parfois on peut se dire que l’on ne mérite pas toujours la place à laquelle on se trouve, ça peut être dans le milieu professionnel, par exemple. Mais elle renvoie, aussi chez moi, à des situations bien plus personnelles…

La tournée avec Ben Folds ?

Je pars environ pour une quinzaine de dates, en Europe.  Je passerais par la France, d’ailleurs. Je serais en solo dans cette nouvelle aventure. Cela me donne l’opportunité de jouer dans de très jolies salles, et de jouer devant un public amateur de folk, pour moi Ben Folds sera, sur cette tournée, une sorte de mentor, compte tenu de son expérience. Je serai ensuite de retour en France en automne.

Le 30 Mai à la Cigale

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article